Soupçonnées d’avoir escroqué de nombreuses entreprises au cours des derniers mois, cinq personnes dont trois binationaux ont été interpellées en Israël et pourraient être extradées vers l’Hexagone.

Après l’«arnaque au président», voici l’«arnaque aux sous-traitants». Fin juin, cinq personnes dont trois Franco-Israéliens ont été interpellées à Netanya, petite station balnéaire du nord de l’Etat hébreu, en pleine exécution d’une fraude sophistiquée. Selon des sources officielles israéliennes jointes par Libération, les suspects, quatre hommes et une femme, contactaient des entreprises françaises en se faisant passer pour des agents de l’administration fiscale soucieux d’obtenir des informations sur leurs sous-traitants, dans le cadre d’un prétendu calcul de TVA. Une fois cette information obtenue, ils attendaient quelques jours pour rappeler l’entreprise et se faisaient passer cette fois pour l’un des sous-traitants en question, qui demandait que les virements soient effectués sur un nouveau compte bancaire. Les aigrefins se sont fait pincer par la police israélienne lors de la dernière phase de l’opération, dans le petit appartement qui servait de centrale d’appel. Son locataire, Ethan T., 54 ans, déjà condamné en France pour escroquerie, apparaît comme le cerveau de l’opération. Les quatre autres, âgés de 24 à 36 ans et sans antécédents judiciaires, auraient été recrutés dans l’importante communauté franco-israélienne de Netanya pour leur connaissance de la langue et leur agilité à travestir leur identité.

Sociétés fantômes

La bande n’en était pas à son coup d’essai. Toujours selon des sources officielles, les premiers forfaits identifiés remontent au mois de mars, au début du confinement. Profitant de la crise liée à l’épidémie de Covid-19, les suspects sollicitaient des entreprises françaises pour leur vendre du matériel médical, notamment du gel hydroalcoolique, des gants et des masques, qui faisaient alors cruellement défaut. Pour piéger leurs interlocuteurs, ils utilisaient un logiciel permettant d’afficher un numéro de téléphone français tout en appelant de l’étranger. Une fois les cibles ferrées, les commandes passées et les virements effectués, les sociétés fantômes se volatilisaient sans avoir honoré la moindre livraison. Au moins 190 000 euros auraient ainsi été détournés avant d’être transférés sur des comptes bancaires ouverts sous de fausses identités au Royaume-Uni et au Portugal.

Une procédure d’extradition a été lancée contre les cinq suspects dans la foulée de leur arrestation. Le département international du parquet général de Jérusalem a déposé lundi une requête en ce sens auprès du tribunal de district de la ville. L’Etat hébreu ayant signé la Convention européenne d’extradition, la France a officiellement quarante jours pour communiquer sa demande et les pièces requises aux autorités israéliennes, à compter de l’ouverture du dossier. Mais l’affaire de Netanya illustre une nouvelle approche judiciaro-policière dans les affaires visant des binationaux. Désormais, dès qu’une infraction grave est identifiée, les deux pays ouvrent une enquête et mutualisent leurs preuves. Ensuite, en fonction des éléments recueillis, les suspects sont poursuivis dans le pays le plus légitime pour les juger, en général celui où les victimes sont les plus nombreuses : en l’occurrence la France où, selon nos informations, l’affaire a été confiée à la nouvelle Juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée (Junalco).

Signal fort

Cette affaire intervient alors que deux autres Franco-Israéliens font actuellement l’objet d’une procédure d’extradition. Interpellés en avril à Ra’anana, ils sont suspectés d’avoir escroqué plus d’une vingtaine de sociétés françaises, sur le modèle plus classique de l’«arnaque au président» : selon les enquêteurs, ils téléphonaient à des employés du service comptabilité en se faisant passer pour le patron de l’entreprise ou un de ses avocats, avant de leur demander d’effectuer discrètement des virements pour de prétendus projets confidentiels. Longtemps considérées comme l’apanage d’une poignée de fraudeurs chevronnés, ces escroqueries aux variantes multiples se sont multipliées ces dernières années dans la communauté franco-israélienne. En extradant ses ressortissants plus facilement que par le passé, le pays cherche aussi à adresser un signal fort aux apprentis escrocs tentés par la martingale. Si Ethan T. et les autres suspects consentent à leur extradition, ils pourraient être renvoyés en France dans les prochaines semaines pour y être jugés. Dans le cas contraire, la procédure peut durer jusqu’à un an.

Source : Libération


  Retour